Histoire

Innover par tradition

2020

Après plus de 130 ans d'histoire d'entreprise réussie, au cours desquels nous nous sommes appuyés sur deux piliers, une nouvelle ère commence pour vanBaerle le 2 décembre 2020. Nous avons vendu notre entreprise suisse d'hygiène à Ecolab et nous nous concentrerons entièrement sur le secteur des silicates à l'avenir.

2017

Le 19 avril 2017, nous inaugurons notre nouvelle usine de silicates dans la ville portuaire taïwanaise de Taichung. Le site de 5250 m2 emploie actuellement neuf collaborateurs dans le laboratoire et la production. Notre filiale vanBaerle Silicates Taïwan approvisionne le marché asiatique depuis Taichung.

Le 30 juin 2017, nous adaptons notre forme juridique à la structure économique du groupe. L’entreprise devient un holding à part entière. Nous intégrons l’activité Hygiène dans une nouvelle entreprise autonome: vanBaerle Hygiene AG. L’activité Silicates reste dans le giron de vanBaerle AG, qui sera rebaptisée vanBaerle Silicates AG à un stade ultérieur. Nouvellement créée, l’entreprise vanBaerle Management AG prend en charge toutes les fonctions de support pour l’ensemble du groupe vanBaerle.

Nous avons créé notre filiale vanBaerle Swiss Hygiene GmbH à Lörrach, Allemagne, en août 2017.

2016

Le 30 mars 2016, nous posons la première pierre de notre nouvelle usine de silicates à Taichung, Taïwan. Par le biais de ce projet, nous entendons renforcer le succès que connaissent nos produits à base de silicates en Asie depuis de nombreuses années. Grâce à la production directement sur place, nous sommes en mesure de répondre de manière plus flexible aux besoins des clients tout en évitant les transports longue distance nuisibles à l’environnement.

2013

Nous célébrons le 125e anniversaire de notre entreprise. A cette occasion, nous réalisons une vidéo «LipDub» avec notre personnel sur le site de Münchenstein (lien vers LipDub). Une fête d’anniversaire est organisée avec l’ensemble du personnel.

Regarder maintenant

2012

Création de notre filiale vanBaerle Silicates Taiwan Co Ltd à Taipei. Le groupe vanBaerle achète une parcelle de terrain à Taichung, Taïwan, pour y aménager une usine de dissolution.

2010

Création de notre filiale vanBaerle Swiss Hygiene s.r.o. à Pradubice, République Tchèque.

2009

Le groupe vanBaerle investit dans la rénovation du four de silicate à Münchenstein. La nouvelle installation affiche une consommation d’énergie réduite d’environ 10% et une fiabilité accrue en fonctionnement continu.

2008

Nous créons vanBaerle VS s.r.o. conjointement avec le groupe tchèque KOMA. La coentreprise est responsable de la distribution d’une sélection de produits à base de silicates des deux partenaires en Autriche et dans des pays voisins jusqu’en Russie.

vanBaerle rachète l’activité hygiène professionnelle de la société Held AG pour un montant de CHF 1,2 million.

2006

Relance des lignes de produits de protection incendie Silacot et Silacoll dans la branche Silicates.

Le groupe vanBaerle modernise son image.

2005

Le four de silicate de potassium vitreux est remis en service sur le site de Münchenstein.

2003

L’assemblée générale décide de changer la raison sociale de l’entreprise: vanBaerle & Cie AG devient vanBaerle AG.

2002

vanBaerle crée la filiale vanBaerle France S.A.S. à Mulhouse. Sa mission consiste à représenter le groupe vanBaerle vis-à-vis de l’Union européenne et à garantir le respect du règlement de l’Union européenne sur les substances chimiques, plus connu aujourd’hui sous le nom de REACH.

2001

Face aux forts mouvements de concentration dans l’industrie papetière européenne, vanBaerle décide de vendre son activité papetière à l’entreprise finlandaise Kemira SA. La transaction englobe les colles à papier et les polymères destinés à la fabrication de papier et carton, avec un chiffre d’affaires d’environ CHF 5 millions.

2000

Le 10 août 2000, la création de la filiale vanBaerle Silicates (S) Pte Ltd. à Singapour renforce la présence de vanBaerle en Asie.

La ligne Ambiance innovante enrichit l’assortiment de produits d’hygiène. C’est une gamme de produits caractérisés par des micro-organismes qui dégradent les matières organiques indésirables. 

1998

vanBaerle rachète le segment Hygiène professionnelle de MIFA, une filiale du groupe Migros, pour un montant de CHF 4 millions.

1996

Daniel Schenk reprend la société en tant qu’actionnaire principal et délégué du Conseil d’administration, succédant ainsi à Rolf Eberenz.

Les derniers membres de la famille van Baerle quittent l’entreprise.

1990

Le 20 novembre 1990, vanBaerle reçoit le Prix de l’Innovation des deux Bâle doté de CHF 20 000 pour le développement du procédé de fabrication de la colle à papier RESOPLAN. Cette distinction est remise par les Conseillers d’Etat Feldges (BS) et Spitteler (BL).

1988

vanBaerle célèbre son centenaire sous la devise «L’expérience pour l’avenir».

1986

vanBaerle met en service un nouveau bâtiment de production pour la fabrication de silicates et construit une installation de dissolution du verre.

1979

vanBaerle renforce avec succès le secteur de la chimie papetière en lançant la production de SMAC (copolymère d’acide maléique-styrène), un produit de base pour des colles à papier pour surfaces spéciales.

1963

Avec le lancement de la production de produits chimiques pour le papier, l’ancienne savonnerie vanBaerle devient enfin une entreprise moderne de l’industrie chimique.

1960

Ehasol Harzleim crée la branche «Chimie papetière» chez vanBaerle.

1952

vanBaerle commercialise les produits RELAVIT/RELAXIN. L’entreprise est l’un des premiers fabricants de produits pour le lavage automatique de la vaisselle en Suisse.

1945

Avant la guerre, les clients de vanBaerle commencent déjà à changer leurs habitudes d’achats de produits ménagers. L’arrivée du lave-linge automatique diminue de plus en plus les besoins en savon des ménages. Ce dernier cède sa place aux lessives en poudre dans lesquelles le savon est partiellement remplacé par des agents tensioactifs (produits par l’industrie chimique à grande échelle). vanBaerle s’adapte à cette évolution en 1945 via différents changements: la production est adaptée aux besoins des gros acheteurs et des consommateurs importants. L’industrie, l’artisanat et plus tard l’agriculture deviennent les principaux clients. Cela permet également d’élargir les activités commerciales et d’introduire des produits spéciaux destinés à certaines industries. vanBaerle continue toutefois d’accorder une attention particulière au verre soluble et à tous ses produits dérivés.

1943

La société en commandite est transformée en société anonyme. Felix van Baerle se retire après 45 années de service. Ses fils, Felix et Alexander van Baerle, reprennent respectivement la direction commerciale et la direction technique de la société. Felix van Baerle père restera cependant président du Conseil d’administration jusqu’à sa mort, en 1949.

1939

Pendant les cinq années de guerre, certains problèmes d’approvisionnement se font sentir: par ordre administratif, la teneur en graisses des produits lessiviels doit être réduite d’environ 20%. Les tickets de rationnement pour le savon et d’autres mesures obligatoires instaurées par les autorités compliquent fortement le travail du personnel, déjà sensiblement réduit à cause du service militaire. Le verre soluble, importé de l’étranger depuis 1925, vient soudain à manquer. Par conséquent, vanBaerle construit un four électrique moderne. D’abord conçu à titre provisoire pour la durée de la guerre, il restera en service jusqu’à la fin des années 1960.

1930

vanBaerle supporte relativement bien la crise économique du début des années 1930. Le champ d’activité de la société s’élargit: le commerce des produits chimiques, jusque-là limité aux matières premières pour la fabrication du savon, s’étoffe. L’huile de lin n’est plus utilisée seulement pour la fabrication du savon noir, mais entre désormais dans la composition de vernis (revêtement transparent pour œuvres d’art) et d’autres produits. La poudre à récurer et la soude à blanchir sont produites en grandes quantités et le savon de Marseille joue un rôle de plus en plus important.

Cependant, vanBaerle prête une attention particulière au verre soluble. vanBaerle s’efforce continuellement de l’améliorer, l’objectif étant de fournir à chaque client la qualité la mieux adaptée à ses besoins.

La fabrication du métasilicate de soude commence. Ce produit, inédit à l’époque, prendra de l’importance par la suite.

1928

Felix van Baerle, le deuxième fils du propriétaire de l’entreprise, rejoint l’entreprise familiale, comme son frère Alexander quelques années plus tôt.

1923

Les années qui suivent la Première Guerre mondiale ne sont pas de tout repos pour vanBaerle. L’apparition de la concurrence étrangère contraint vanBaerle à arrêter son four de fusion et à limiter ses activités à la dissolution de verre importé. Les matières premières disponibles sur le marché permettent à nouveau de proposer aux clients des produits de bonne qualité. vanBaerle se concentre sur la fabrication d’un savon noir d’une qualité exceptionnelle.

Alexander van Baerle, chimiste et fils du propriétaire, rejoint l’entreprise.

1914

La Première Guerre mondiale prend l’économie suisse complètement au dépourvu. L’effet de choc est tel que vanBaerle ferme ses portes pendant quelques semaines. Par la suite, les affaires reprennent. vanBaerle construit deux nouveaux fours de fusion. La demande est telle que le verre soluble est souvent chargé avant même d’être complètement refroidi.

Les autres produits, à l’exception de BLITZBLANK, sont relégués au second plan. La pénurie de matières premières contraint vanBaerle à se tourner vers des matériaux de substitution qui entraînent une baisse de la qualité.

1911

Alexander van Baerle quitte l’entreprise pour se consacrer entièrement à la société paternelle à Worms. Felix van Baerle devient dès lors le seul propriétaire et continue à diriger l’entreprise comme une société en commandite, sous le nom de «van Baerle & Cie».

vanBaerle construit le premier four de fusion en Suisse. Jusque-là, le verre soluble était livré exclusivement par l’usine de Worms et dissous à Münchenstein.

1898

A la suite du déménagement de la gare badoise de Bâle à son emplacement actuel, les locaux de «Lange Erlen» doivent être abandonnés. L’entreprise est reconstruite à Münchenstein.

La jeune société a pour objet la fabrication de savons et de produits technico-chimiques. Outre du savon noir, vanBaerle produit sous la marque BLITZBLANK de la poudre à lessive, des cristaux de soude et du savon abrasif. Les savons de Marseille proprement dits jouent un rôle secondaire, tandis que la «pâte de savon» est un article fort demandé.

Dans le secteur technique, vanBaerle travaille surtout avec de l’étoupe et des chiffons de nettoyage que l’on peut nettoyer avec les produits maison. De plus, l’entreprise exploite encore une usine de dissolution du verre soluble. Une grande partie de la production est utilisée pour la conservation d’œufs. 

1896

La filiale de Bâle devient indépendante et est rebaptisée «Gebrüder van Baerle» (van Baerle Frères). Alexander et Felix créent l’entreprise après le départ d’Eduard Wöllner.

1888

Les produits de l’entreprise «van Baerle & Wöllner» à Worms sont également très appréciés en Suisse, en particulier le savon noir. C’est pourquoi les propriétaires décident d’ouvrir une filiale à Bâle à l’occasion du cinquantenaire de la société. Au début, le personnel est composé de douze «ouvriers», trois «employés de bureau» et deux «voyageurs».

1838

Vincenz van Baerle fonde à Worms une fabrique de savon qui, à peine quelques années plus tard, commence la production de verre soluble, récemment découvert. La «dualité» qui perdure jusqu’à nos jours entre les produits d’hygiène et les silicates était donc présente dès la création de la société à Worms. Vincenz van Baerle s’associe avec son beau-fils Eduard Wöllner et la fabrique prend le nom de «van Baerle & Wöllner».